All for Joomla All for Webmasters

Entretien - François Asselin : levons les freins au développement des PME !

@Dahmane La manifestation annuelle de la CGPME, Planète PME, aura lieu cette année le 18 octobre au Palais Brongniart de Paris. En préambule à cette journée, nous nous sommes entretenus avec François Asselin, président de cette organisation patronale.

Conquérir : Pour les PME, quel bilan tirez-vous de ces derniers mois en matière de conjoncture et d’évolution législative ?

François Asselin : Le bilan s’avère contrasté. La bonne nouvelle, c’est que le taux de marge moyen atteint 32%, après être tombé à un point bas de 28%. Le CICE a beaucoup contribué à cette améliioration. D’autre part, l’entreprise, et plus particulièrement la PME, est devenue incontournable dans l’analyse des politiques. La CGPME a puissamment favorisé cette évolution. En revanche, dans les faits, les PME demeurent laissées pour compte de bien des réformes. On essaie souvent de faire porter le costume de dirigeants de grandes entreprises à ceux de PME. De plus, si leur taux de marge augmente, les PME ont encore à cet égard un écart de sept points avec leurs consœurs allemandes. Elles ont parfois la capacité et la volonté d’investir, mais hésitent souvent à le faire car elles manquent de confiance dans l’avenir… ce, alors que la disponibilité de crédits à taux avantageux est prégnante.

Conquérir : Que conviendrait-il de faire ?

François Asselin : Il faut pérenniser les dispositifs qui fonctionnent et les inscrire dans la durée. Je pense au CICE, aux réductions Fillon,… Il serait aussi nécessaire de revoir les modalités d’application du compte pénibilité désormais intégré dans le CPA…

Conquérir : … des mesures telles que la baisse de l’IS en 2018, la loi Travail… sont-elles des avancées à vos yeux ?

François Asselin : Quant à la baisse du taux de l’IS en 2018, nous n’en mesurons pas encore la portée, car nous manquons d’éléments, sur l’assiette, le seuil de CA à partir duquel elle sera mise en oeuvre… Au demeurant, c’est encore assez lointain.
Pour ce qui est de la loi Travail, elle n’apporte pas grand-chose aux PME, si ce n’est peut-être certaines complications ! Quant aux primes pour l’emploi, elles ne constituent pas une solution pérenne.

Conquérir : Une des grandes mesures annoncées récemment par Bercy concerne la mise en place du prélèvement à la source de l’IRPP. Quelle est votre position à ce sujet ?

François Asselin : Nous sommes résolument contre. Nous regrettons à cet égard le manque de concertation préalable du gouvernement avant l’annonce de cette décision. Le chef d’entreprise n’a pas à se transformer en collecteur d’impôts de ses salariés. Cela pose en outre différents problèmes : complexité administrative, absence de confidentialité vis-à-vis du patron comme du service paie… d’où des sources de conflit innombrables.
Nous ne comprenons pas cette orientation, puisque le taux de recouvrement de notre IRPP est un des meilleurs au monde. Il faut lever les freins à la création et au développement d’entreprises et non pas en créer de nouveaux.

Propos recueillis par Alain Gazo