All for Joomla All for Webmasters

 

 

 

 

 

Les Français sévères sur leur niveau en anglais

Wall Street English International est « un des leaders mondiaux de l’apprentissage de l’anglais pour les adultes ». Il a fait réaliser par Ipsos une enquête auprès d’un échantillon de Français relatif à l’importance qu’ils accordent à la langue de Shakespeare.

Peut-être influencés par le qu’en-dira-t-on médiatique, nos compatriotes jugent sévèrement leur propre niveau d’anglais, puisque 70 % d’entre eux ne s’estiment à l’aise ni à l’écrit, ni à l’oral. Notons que les moins de 35 ans sont moins pessimistes à cet égard. Et pourtant, 90 % des Français affirment que la maîtrise de l’anglais est essentielle pour leurs études, leur travail, voire la vie quotidienne. Et donc tout particulièrement pour « son développement professionnel ».
Alors que faut-il faire ? Apprendre l’anglais dès le CP pour 60 % des interviewés. Quant à la formation professionnelle, elle serait insuffisamment utilisée selon les résultats de l’étude. Cependant la majorité des CPF (comptes personnels de formation) servent précisément à l’apprentissage de l’anglais – un grand classique – et cette tendance est souvent décriée.

Et à part l’anglais ?

Dans le même temps que Wall Street English International, la judicieusement nommée Babbel – application dédiée à l'apprentissage des langues – a commandé à OpinionWay, une enquête qui s'est déroulée auprès de 501 cadres français, à propos des langues étrangères utiles pour leur carrière, autres que l’anglais.Aujourd’hui, nos cadres parleraient 2,5 langues en moyenne. Et 37 % des interviewés estiment que la maîtrise de langues étrangères pourrait leur permettre d'obtenir un salaire plus élevé.Car l'anglais n'est plus un élément différenciant. Les langues plus rares sont susceptibles de retenir davantage l'attention. L'étude fait valoir que les langues les plus utilisées en milieu professionnel, en dehors de l’anglais, et sans doute de l’espagnol – ce n’est pas précisé – sont l’italien (14 %), le portugais (8 %), et le russe (6 %).Selon les répondants, 41 % d’entre parlant l’anglais ont obtenu un emploi grâce à cette maîtrise mais cela monte à 70 % pour l’italien, 74 % pour les portugais et 89 % pour le russe. Tout ce qui est rare est cher. Notons que l’allemand serait « davantage parlé parmi les hauts salaires ».


Méthodologie

Etude réalisée auprès d'un échantillon de 501 cadres du secteur privé âgés de 18 ans et plus, entre les 14 et 21 août 2019.
L'échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d'âge, de région et de taille d'agglomération. Les résultats ont été pondérés par ces mêmes critères.
OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.