All for Joomla All for Webmasters

 

 

 

 

 

 

RSE et conséquences de la crise sanitaire, réflexions d’Emmanuel Millard, président de la DFCG

Emmanuel Millard, président de la DFCG, association des directeurs financiers et des contrôleurs de gestion, nous fait part du rôle des directions financières et du contrôle de gestion pendant la crise sanitaire, ainsi que les orientations RSE préconisées par son organisation.

Les directions financières et de contrôle de gestion

Les fonctions régaliennes des directions financières et de contrôle de gestion sont l’élaboration et le pilotage de la politique financière de l’entreprise avec les équipes de comptabilité, de la trésorerie et parfois même de l’informatique. En complément, ces dernières années, les dirigeants financiers ont élargi progressivement leur champ de compétences tant vis-à-vis des fonctions internes de l’entreprise que des partenaires externes et leur intervention sur les leviers clés de la performance de l’entreprise. En effet, certains projets d’optimisation de la fonction finance (réduction des coûts notamment), ont conduit à des missions de changement en coordination avec les autres directions (mise en place de centres de services partagés, externalisation de pans entiers des métiers back-office et comptables, implémentation d’ERP…). Les équipes des directions financières et de contrôle de gestion se sont alors mises à accompagner les opérationnels dans la mise en place de leurs outils de suivi. Les différentes directions ont ainsi été munies de tableaux de bord incluant des indicateurs métiers et financiers pour l’optimisation de la rentabilité des différentes activités. Cet accompagnement est enrichi par l’évolution des compétences des fonctions finance et gestion dont le rôle est, de plus en plus, de prévoir et d’anticiper dans un contexte d’incertitude.

L’entreprise pendant la crise sanitaire

Les entreprises et leurs dirigeants ont vécu depuis 18 mois maintenant des situations de crise multiples et ont dû s’adapter en permanence. Ces modifications fréquentes et imprévues ont remis en cause les modèles économiques. D’un côté, les opérations ont été impactées par les différentes évolutions réglementaires et sanitaires et ont fait face à de nouvelles contraintes au quotidien. De l’autre côté, ces adaptations ont suscité une recherche d’agilité et de raccourcissement des délais de prévisions, dans les domaines de la trésorerie en particulier. Il est à noter que les directions financières ont souvent été remarquablement promptes à passer à une gestion totalement ou partiellement dématérialisée.

Comment tirer son épingle du jeu

Dans ce contexte chaotique, bon nombre de dirigeants ont dû lutter pour la survie de leurs activités. Les aides de l’Etat ont permis de repousser les défauts de paiement mais les échéances à venir vont mettre à mal les trésoreries et la santé financière des entreprises dans les prochains mois. Pour autant, ce temps de crise est idéal pour se poser les bonnes questions : impacts post-Covid, revues des portefeuilles d’activités ou de filiales, fermetures de sites, changements d’organisation et d’ERP… et fixer pour ces actions des objectifs et leurs indicateurs de suivi de la performance. Les directions financière et de contrôle de gestion sont au cœur de cette transformation pour permettre aux dirigeants de piloter finement les projets comme :

  • Réévaluation de leur modèle économique ;
  • Amélioration de l’exploitation de leurs données financières mais aussi extra-financières ;
  • Développement de l’intelligence collective en brisant les silos internes.