All for Joomla All for Webmasters

 

 

 

 

 

 

Un panorama d’exposants étendu

La SITL (Semaine de l’innovation du transport et de la logistique) dont Conquérir est un partenaire récurrent, s’est déroulée du 13 au 15 septembre derniers Porte de Versailles à Paris. Des dates inhabituelles, liées au Covid, pour cette manifestation qui se déroule habituellement en mars.

Des dates de nature à décontenancer les visiteurs et les exposants. Le salon était en partie en digital de façon, en particulier, à favoriser la participation d’acheteurs étrangers dans des périodes encore peu propices aux voyages, intercontinentaux surtout. Dès lors, les allées étaient sans doute moins remplies qu’à l’ordinaire, c’est logique. Quant aux exposants, si l’on ne retrouvait pas certains grands paquebots habituels, il est vrai, surtout présents lors de l’édition à caractère plus international de Villepinte, leur nature et leur variété pouvaient répondre, nous semble-t-il, aux attentes des visiteurs.

Un pôle « Energies » regroupait plusieurs exposants, comme Shell, qui étend son réseau GNL destiné aux poids lourds sur le marché français, un GNL plus particulièrement approprié sur les longues distances.

Alors que le e-commerce poursuit son développement, on remarquait la présence d’Agrikolis, un concept original de fermes relais. « Fondé par des business angels » et codirigé par Cédric Guyot, Agrikolis, dont le siège se trouve à Roubaix, a passé des accords avec actuellement 200 fermiers, pour récupérer en territoire rural ou périurbain des colis lourds (plus de 30 kg) et volumineux. Les clients du e-commerçant peuvent venir récupérer leurs achats en fin de journée, parfois le samedi matin. Un complément de revenu bienvenu pour les fermiers, un moindre coût de livraison pour les consommateurs. Les représentants de Agrikolis rencontrés sur le stand évoquaient 370 000 colis livrés depuis février 2019, provenant de grandes enseignes, comme Cdiscount, Butagaz, Leroy Merlin, Total Direct Energie…

Plusieurs intervenants de l’univers du traitement des opérations douanières faisaient également face aux demandes des visiteurs. Par exemple, Akanea, éditeur-intégrateur de logiciels dans le transport et la logistique (commissaires, chargeurs…) mais aussi des questions douanières à travers une solution plus particulièrement dédiée aux commissionnaires en douane, mais aussi à d’autres intermédiaires ainsi qu’aux chargeurs, expliquait en substance Christelle Ben Romdhane, directrice du marketing.

Conex, leader des progiciels douaniers, fidèle à la manifestation, était au rendez-vous. Observateur attentif des évolutions en matière de commerce international, tout spécialement sur le plan réglementaire, son PDG, Alban Gruson, évoquait une année marquée évidemment outre la crise sanitaire, par le Brexit. « Une bonne partie des difficultés à cet égard sont passées », soulignait-il en substance. Une simplification supplémentaire pour les douanes britanniques (tous les documents requis regroupés « dans la même enveloppe » : prédéclaration douanière, déclarations douanières, sécuritaires, de transit) devrait survenir au plus tard en juillet 2022, dans le sens UE-RU, pour ce qui est du transport routier. Quant aux taxes douanières, les marchandises en provenance de l’Union européenne sont toujours à taux zéro, même pour celles désormais normalement taxées à l’entrée du territoire britannique, sont produits à condition de présenter des certificats d’origine communautaire des marchandises, revêtus du sceau des douanes françaises. Ce qui n’était pas le cas auparavant. Ce sceau n’empêche pas une requalification des douanes britanniques en marchandises extra-communautaires après un examen plus approfondi. Une requalification assortie d’une taxation bien sûr.

Douanes, relève de la TVA sur les colis importés, Brexit

L’année 2021 a été également marquée par l’application généralisée de la TVA sur les colis en provenance de pays hors UE, y compris donc pour ceux d’un montant unitaire inférieur à 22 euros. En contrepartie, la franchise de douane a été remontée à 150 euros.

Tout cela a abouti, rapporte encore Alban Gruson, à une nouvelle version du logiciel douanier Delta, le 13 juillet dernier. Les plates-formes de e-commerce doivent effectuer leurs déclarations douanières correspondantes auprès d’un guichet fiscal unique de l’UE, situé dans le pays de leur choix « et même si elles ne vendent pas les produits directement ». Comme les taux de TVA sont différents selon les Etats membres, la plate-forme doit ventiler les taxes en conséquence.

Tout cela fait 2 millions de déclarations journalières en plus sur la plate-forme Conex qui relie les chargeurs ou les commissionnaires en douane à l’organisme centralisateur. Pas étonnant dans ces conditions qu’Alban Gruson annonce une avance du CA de Conex sur 2021 versus 2020 !

SITL, c’est le monde de la logistique, mais aussi donc du transport, qui est coûteux, et qu’il faut optimiser. Sud Télématique, SSII toulousaine, propose depuis 2013 une plate-forme télématique embarquée dans les camions, les autocars mais aussi les VU et les VP, à même de remonter les données permettant aux entreprises concernées d’évaluer le comportement des véhicules et des conducteurs, au-delà « de la balise classique ».

Sud Télématique promet une solution personnalisée adaptée à chaque client, et pas un portail standard.

La formation, dans le transport comme ailleurs, est essentielle. Opco Mobilités, à travers Alexandre Masson, son directeur de communication, faisait valoir la possibilité pour son organisme de financer des formations en alternance dans tout l’univers de la mobilité.